Que voir et que faire en baie de Somme ? Le guide complet pour une escapade réussie!

La Baie de Somme est une vaste zone humide longue de 70 kilomètres située en Picardie. A seulement 2 heures au nord de Paris, cette région unique au monde figure parmi les 15 Grands Sites de France grâce à ses paysages exceptionnels gérés de manière durable. Nous y avons passé une semaine et sommes tombés sous le charme de ce beau département picard. Un séjour placé sous le signe de la découverte, entre nature, visites culturelles et lieux insolites.

Visite de la baie de Somme : notre roadtrip en terre picarde

Partis de la région parisienne en début de journée, nous avons fait une halte à Amiens histoire d’avoir un avant-goût des richesses que la Somme avait à nous offrir. Nous vous reparlons prochainement du chef-lieu de la Somme pour lequel on a littéralement craqué. Une ville où l’on aurait bien passé une journée supplémentaire… En fin d’après-midi, après avoir visité et nous être baladés dans Amiens, nous avons repris le volant cap vers l’ouest en direction de la baie de Somme. Et plus précisément du côté d’Abbeville afin de prendre possession de notre logement pour ces 7 jours.

Dès le lendemain, on est partis sur les traces du riche passé de la baie, de sa gastronomie généreuse, de ses traditions encore bien ancrées et bien sûr de sa nature sauvage et préservée. Au fil des jours, on a alterné les visites culturelles avec les activités nature, pour finir la semaine par des endroits plus insolites.

Alors que faire dans cette région qui s’apparente à un petit coin de paradis ? Suivez le guide et notre carnet de route pour savoir que voir et que faire dans l’une des plus belles baies du monde, avec toutes les infos pratiques!

La Baie de Somme et ses villes portuaires

Le Crotoy

Ancien port de pêche, Le Crotoy est aujourd’hui une agréable station balnéaire qui a accueilli des hôtes illustres comme Jules Verne, Colette, Toulouse-Lautrec, Sisley et Pierre Guerlain. La commune est assez petite et se parcourt donc facilement à pieds ou à vélo.

Nous avons aimé nous perdre dans les petites rues à la recherche des plus jolies façades. L’office du tourisme du Crotoy met à la disposition des visiteurs une carte énumérant les villas remarquables. La villa la plus connue du Crotoy et que l’on distingue à des kilomètres à la ronde est le manoir 1900 Les Tourelles transformé depuis en hôtel-restaurant.

Adresse de l’Office de tourisme du Crotoy : 1 Rue Carnot, 80550 Le Crotoy

Si vous manquez de temps, la balade la plus rapide est celle qui longe le front de mer et qui passe par les planches et cabines, la villa Les Tourelles, jusqu’au port de plaisance.

Le Crotoy abrite la seule plage du Nord de la France exposée au sud, d’où sa très belle lumière en fin de journée. On comprend aisément que les peintres du XIXème aient été inspiré par le décor.

Saint-Valery-sur-Somme

Saint-Valery-sur-Somme fait partie des plus beaux villages de France et forme avec Le Crotoy et Le Hourdel la porte d’entrée de l’estuaire de la baie de Somme. Cette charmante bourgade est divisée en deux parties : la ville basse avec sa digue et ses petites maisons coquettes et fleuries, et la ville haute.

Lors de notre passage dans la ville, nous nous sommes davantage attardés dans la ville haute (la veille ville médiévale). Ce quartier fortifié datant du Moyen-Age se résume à quelques rues mais on a plaisir à découvrir des bâtisses en très bon état de conservation. On peut y admirer des maisons anciennes notamment, la porte de Nevers (XVIè siècle), l’église paroissiale Saint-Martin, la porte Guillaume et ses deux tours (XIème siècle) classées aux Monuments Historiques.

A plusieurs endroits de la vieille ville, on a pu voir des panneaux signalant la présence de Jeanne d’Arc dans la ville. Elle passa par là fin 1430 après avoir été capturée par les Anglais qu’ils la conduisirent à Rouen où elle fut brûlée le 30 mai 1431. Lors de sa captivité, elle traversa également la ville voisine du Crotoy.

Une fois par an, début juillet, la ville rend hommage à Guillaume le Conquérant à travers diverses animations qui ont lieu dans la ville haute. Il s’agit des Fêtes Guillaume. Le duc de Normandie qui allait devenir roi d’Angleterre sous le nom de Guillaume 1er séjourna à Saint-Valery en 1066 avant d’embarquer pour l’Angleterre.

A l’occasion des Fêtes Guillaume, un petit marché médiéval a été établi sur la place principale et des bénévoles en costume d’époque font revivre la vie quotidienne des habitants et chevaliers d’antan.

On en profite au passage pour remercier Christophe et Valérie (ça ne s’invente pas) du blog Les Vadrouilleurs de nous avoir parlé des Fêtes Guillaume, sans quoi on serait probablement passés à côté.

En nous baladant au bout de la rue de l’abbaye on est tombés sur la Chapelle des Marins (à 10 minutes à pieds du centre, ça grimpe un peu). Les motifs de la chapelle rappelle ceux de l’église Saint-Martin mais elle est loin d’être aussi ancienne puisque sa construction remonte à 1880.

La chapelle offre un magnifique point de vue sur toute la baie de Somme et un petit chemin part de là pour arriver jusqu’au Cap Hornu, au niveau de la mer. On y trouve les plantes traditionnelles de la baie de Somme : salicornes et aster maritime, entre autres, que l’on peut cueillir. Attention à ne pas arracher les plants à la racine, c’est interdit! Vous pouvez faire comme le papi que l’on a rencontré et les découper à l’aide de ciseaux. La cueillette est limitée à 500g par jour et par personne.

Le Hourdel

Le Hourdel se situe sur la pointe est de Cayeux-sur-mer et marque le point de sortie de la Somme. L’endroit est connu pour son phare que l’on peut apercevoir depuis Le Crotoy et pour sa colonie de phoques qui vient se reposer sur les bancs de sable. Ce n’est pas par paresse que les phoques se reposent mais parce qu’ils sont fatigués après avoir passé des heures à nager et traquer les poissons.

60% des phoques communs (ou veau-marin) de France a élu domicile en baie de Somme. En allant au Hourdel vous êtes quasiment assurés d’en voir, à 200 ou 300 mètres de distance. De toute façon, il faut respecter une distance de 300 mètres minimum lorsqu’on observe cet animal protégé. D’un naturel craintif, les femelles abandonnent leurs petits si elles se sentent menacées. C’est alors la mort assurée pour les bébés phoques…

Comme pour le Marquenterre (voir plus bas), pensez à prendre des jumelles et de bonnes chaussures car la plage est constituée de galets rendant la marche périlleuse.

La Baie de Somme et son bord de mer

Cayeux-sur-Mer

Pour prendre un bon bol d’air frais, rien de mieux que de se balader à Cayeux-sur-Mer en empruntant les 2 kilomètres de planches du bord de mer. Les planches sont entourées d’environ 410 cabines qui sont démontées une fois la belle saison passée. La ville doit son nom aux galets que l’on appelle cailloux en patois picard. En raison du vent fort, on peut pratiquer toutes sortes d’activités à Cayeux : kitesurf, kayak, voile, cerf-volant…

Ault

En empruntant la route qui descend jusqu’au centre-ville de Ault, on a comme l’impression d’être dans un tableau impressionniste. Ault ce sont d’abord des falaises de craie hautes de 80 mètres. A leurs pieds, se jettent les vagues déchaînées portées par les vents dans un tonnerre assourdissant. C’est d’autant plus impressionnant qu’en arrivant par le nord de cette petite station balnéaire, les falaises n’existent pas encore. Ault marque en effet le commencement des falaises de la Somme qui s’étendent jusqu’en Normandie.

Mers-les-Bains

Mers-les-Bains est une véritable petite pépite que vous ne devez manquer sous aucun prétexte! La voisine du Tréport en Seine-Maritime recèle l’un des trésors architecturaux les mieux gardés de Picardie. Imaginez donc 400 villas datant de la Belle-Epoque très bien conservées donnant sur la mer et les falaises attenantes. C’est un ravissement pour les yeux et une explosion de couleurs où chaque immeuble a son propre style. Par moment, on se serait cru à Miami ou à San Francisco!

L’histoire de Mers-les-Bains remonte au XIXème siècle lorsque l’ancien quartier des pêcheurs est transformé pour laisser place à des bâtiments cossus car la mairie désirait attirer une clientèle huppée. Et ça a marché puisque Victor Hugo et Gustave Eiffel se sont laissés séduire. Et nous aussi! Aujourd’hui tous ces édifices sont protégés.

Le Tréport

Le Tréport n’est pas dans la Somme mais en Seine-Maritime. Si on vous en parle, c’est parce que la ville est située à 5 minutes de Mers-les-Bains et qu’on y a fait un petit crochet. Comme sa voisine Mers, des villas cossues avaient été construites au XIXème siècle mais les bombardements de la Seconde Guerre mondiale ont eu raison d’elles.

Aujourd’hui, le principal attrait du Tréport, ce sont ses falaises de craie aménagées, voire même creusées par l’homme et qu’on peut approcher de près en toute sécurité. On accède aux falaises en grimpant les 365 marches ou en prenant le funiculaire gratuit qui relie le haut des falaises au bord de mer. Le funiculaire existe depuis plus de 100 ans mais l’actuel est en service depuis 2006. Grâce au funiculaire, on a une vue sur les falaises, la ville du Tréport et Mers-les-Bains au loin.

Le parking en haut de la falaise coûte 2,50€ mais vous pouvez vous garer dans les rues adjacentes gratuitement.

N’hésitez pas à vous balader le long des falaises, mais sans vous approcher trop du bord car il est friable et des éboulements se sont produits par le passé. Nous avons eu la chance de voir une maman goéland avec ses 3 petits qui avaient élu domicile sur une des falaises.

 

La Baie de Somme nature : du Marquenterre à l’embouchure de la Somme

La Baie de Somme est considérée comme l’une des plus belles baies du monde et forme le plus grand estuaire du nord de la France. Pour ceux qui connaissent la Normandie, certains paysages vous évoqueront les pré-salés et les molières du Mont Saint-Michel. Ces étendues sauvages sont le refuge de nombreuses espèces animales et végétales que l’on peut rencontrer à travers des sorties nature.

Une promenade en baie de Somme avec un guide nature

D’habitude, les visites avec un guide ce n’est pas notre truc : on préfère découvrir un lieu par nous-mêmes. Pourtant, il y a parfois des endroits où il vaut mieux être accompagné plutôt que de s’aventurer seul. C’est le cas concernant les balades à pied en baie de Somme. Car à moins d’être familier avec les mouvements des marées, le risque est de se retrouver piégé lors de la marée montante.

Une promenade dans la baie avec un guide, c’est aussi l’opportunité d’en apprendre plus sur les éléments qui ont façonné cet espace naturel, mais aussi observer la faune et la flore (des phoques par exemple). Nous vous reparlons prochainement de notre expérience avec Maxim, un guide chevronné qui nous a transmis sa passion pour la baie et a su nous réconcilier avec les visites guidées.

Le Parc du Marquenterre

Le parc du Marquenterre est probablement l’endroit le plus réputé pour observer des oiseaux en baie de Somme. Cette réserve ornithologique est un espace naturel préservé à l’histoire étonnante. Le parc n’a en effet rien de naturel à la base car il est situé sur d’anciens polders construits dans les années 50 pour la culture des tulipes et des jacinthes. Puisque ces cultures n’étaient pas rentables et que de plus en plus d’oiseaux migratoires venaient se reposer au Marquenterre, la création d’une réserve est décidée en 1973. Depuis, les 200 hectares du parc se sont parfaitement fondus dans l’environnement et on y trouve une faune et une flore abondantes.

Pour permettre à chacun d’observer les oiseaux à son rythme, le parc a mis en place 3 circuits pédestres allant de 45 minutes à 2 heures. Pour notre part, nous avons choisi le parcours rouge (2 heures et plus) qui est jalonné de 13 huttes aménagées pour épier les oiseaux en toute discrétion. S’ils ne peuvent pas vous voir ils peuvent tout de même vous entendre, alors soyez discrets!

A l’accueil, on nous a remis un petit livret pratique contenant la liste des oiseaux et mammifères qui vivent dans le parc. Il y a par exemple des sangliers et des rats musqués mais nous n’en avons pas vus. Si vous avez des jumelles emportez-les, ça vous évitera d’en louer (4€). Elles nous ont été très utiles car les huttes d’observation sont relativement éloignées des oiseaux. Si vous faites de la photo, prenez un téléobjectif. Autre conseil : habillez vous avec des vêtements auxquels vous ne tenez pas trop car avec tous les oiseaux qui volent, vous n’êtes pas à l’abri de vous prendre une fiente sur la tête (true story sur mes chaussures 😞). Enfin sachez que la présence et le nombre d’oiseaux est aléatoire et dépend de la saison et des migrations.

Le parc est plutôt petit et si les oiseaux ce n’est pas votre dada vous risquez de vous ennuyer. Le prix du billet nous a fait un peu tiquer (10,5€ par adulte) car nous n’avons croisé qu’un seul guide en 6 kms. C’est un peu dommage pour un parc à vocation pédagogique. Sans le livret, on aurait eu du mal à identifier les oiseaux. De plus, le parc ouvre tard (à 10 heures) et ferme à 19 heures l’été alors qu’il fait encore jour jusqu’à 22h minimum. Enfin, ce n’est pas au Marquenterre qu’on a vu le plus d’oiseaux mais à quelques kilomètres de là. En allant sur le Crotoy, on a pu observer des centaines d’oiseaux rassemblés dans des étangs qui longent la route (aux étangs de la Bassée). Et tout ça gratuitement. Le Marquenterre reste toutefois un incontournable à faire en baie de Somme et on ne regrette pas d’y être allés (à part pour la fiente haha).

Une sortie en catamaran en baie de Somme

Les sorties en bateau, ça nous connait, mais on n’a jamais testé le catamaran jusqu’à présent. On pensait que ce moyen de transport était réservé aux croisières dans les Caraïbes, alors que pas du tout.

Au départ du Crotoy, nous sommes montés à bord d’un catamaran pour vivre un moment unique : découvrir la baie sous un angle nouveau, pendant 3 heures, bercés par le flot des vagues. De là, une vue à 360 degrés sur tout l’estuaire de la Somme et ses 3 ports, avec en prime des hôtes inattendus, nos amis les phoques. Grâce à Emmanuel, le skipper du catamaran Touloulou, on est tombés amoureux de cet engin respectueux de l’environnement qui permet d’appréhender la baie d’une autre manière. Nous vous reparlons très prochainement de cette expérience sur le blog.

Les jardins de Valloires

Au nord de la Somme, à la frontière avec le Pas-de-Calais, se trouvent l’abbaye de Valloires et ses jardins. Ils ne sont pas situés dans la ville de Valloires (qui n’existe pas) mais à Argoules. Ayant déjà visité plusieurs abbayes, on a fait le choisi de ne pas nous rendre dans le monastère cistercien pour nous consacrer sur les jardins à la place.

Classé Jardin Remarquable, le parc ne date pas du Moyen-Age mais de 1987. Cette année-là, Jean-Louis Cousin convainc le Syndicat de la Baie de Somme de lui laisser le champ libre pour installer sa collection.

En plus du traditionnel jardin à la française faisant face à l’abbaye, plusieurs espaces ont été aménagés autour de différentes thématiques. Les 5000 variétés de plantes et fleurs ont été plantées non pas en fonction de leur aspect botanique mais plutôt pour leur aspect esthétique et décoratif.

En tout, 5 ambiances végétales ont été conçues : le jardin régulier (à la française) et sa roseraie, le jardin des îles, le jardin du marais (ancien lavoir), le jardin des 5 sens (avec des arbres fruitiers et des ruches notamment) et le jardin de l’évolution. Cet espace qui rend hommage au naturaliste Jean-Baptiste de Lamarck nous a laissés dubitatifs mais devrait plaire aux visiteurs passionnés.

Si vous en avez l’opportunité, nous vous conseillons de visiter les jardins au printemps pour voir les cerisiers en fleur ou bien en été quand les fleurs revêtent leurs plus belles couleurs.

Adresse : Abbaye de Valloires, 1 Rue Verte, 80120 Argoules.

La Baie de Somme côté patrimoine : châteaux et édifices religieux

La Baie de Somme c’est aussi un patrimoine et des monuments historiques préservés. Il faudra cette fois vous enfoncer dans les terres pour les découvrir.

Abbeville

Abbeville est la deuxième plus grande ville du département et c’est aussi la rivale historique d’Amiens. Celle qui doit son nom à de puissants abbés du Moyen-Age symbolise la porte d’entrée de la baie de Somme et des circuits à vélo de la Somme.

Abbeville a gravement souffert lors de la Seconde Guerre mondiale si bien que la plupart de ses bâtiments historiques ont dû être reconstruits. Celui qui nous a le plus impressionné est la collégiale Saint-Vulfran dont la construction a commencé en 1488 pour s’achever au XVIIème siècle seulement. La faute à un manque de moyens.

De style gothique, elle a été bâtie sur des pilotis mais l’assèchement en 1870 du cours d’eau qui longeait la collégiale a eu pour conséquence de rendre la pierre friable. Grâce à Viollet-le-Duc, des travaux de restauration furent entrepris au XIXème siècle. Les deux tours hautes de 55 mètres ont inspiré Victor Hugo et les peintres romantiques ayant visité la collégiale, comme Eugène Boudin. La porte principale de la collégiale datant du XVIIème est remarquablement préservée.

Adresse de la collégiale : Collégiale Saint Vulfran, Parvis Saint Vulfran, 80100 Abbeville

A noter : juste en face de la collégiale se trouve une excellente adresse, la Boulangerie Pâtisserie Saint Vulfran. En plus des délicieuses baguettes, on peut acheter du gâteau battu, une spécialité picarde dont le goût est similaire à celui de la brioche. Le gâteau battu de la boulangerie a déjà remporté plusieurs concours.

Adresse : 16 Parvis Saint-Vulfran, 80100 Abbeville

Rambures et son château-fort

A 30 minutes au sud d’Abbeville et à quelques pas de la frontière avec la Seine-Maritime, la commune de Rambures est célèbre pour son château-fort.

Lorsqu’on l’a vu pour la première fois, on a tout de suite été frappés par son allure particulière. Il nous a rappelés les châteaux des contes de fées avec ses tours cylindriques. Son histoire qui remonte au XVème siècle est moins féerique puisque c’était avant tout un château au rôle militaire, le seul de ce type dans la Somme. Les chevaliers de Rambures ont toujours été fidèles au roi de France. Charles de Rambures sauva même Henri IV à la bataille d’Ivry en 1590. Ce dernier séjourna plusieurs fois au château de Rambures.

On pénètre à l’intérieur en le visitant avec un guide qui livre mille anecdotes. Par exemple, les murs du château sont si épais (de 2 à 7 mètres d’épaisseur) qu’aucun boulet de canon n’est parvenu à les traverser. Le terrain sur lequel il est bâti n’a pas été choisi au hasard : étant semi-enterré, les ennemis des seigneurs de Rambures ne pouvaient pas le voir de loin mais le guet lui pouvait très bien les observer, de quoi riposter en ayant une longueur d’avance. Un autre avantage stratégique que l’on doit à l’architecte du château, ce sont les mâchicoulis. Ils sont situés dans les tours et permettaient de lancer des projectiles sur les ennemis qui passaient sous les trous. Le mélange jeté sur l’ennemi était concocté à base de résine et de goudron de bois. On l’appelait la poix et son but était de coller au corps du malchanceux envahisseur. Si la poix vous évoque quelque chose, c’est normal puisque c’est de là que vient l’expression avoir la poisse 😉

Bref, vous l’aurez compris, le château de Rambures vaut le détour car il regorge d’anecdotes aussi  étonnantes que savoureuses. Dommage que l’on ne puisse pas prendre de photos à l’intérieur et que l’on soit trop nombreux par groupe, ce qui rend la visite parfois pénible…

En plus de la visite guidée du château, le billet d’entrée (8€) comprend l’accès au jardin à l’anglaise de 10 hectares ainsi qu’à la roseraie qui compte plus de 450 variétés différentes. La meilleure période pour s’y rendre est de la mi-juin à la fin juin. La preuve en photos que c’est bel et bien la période idéale pour humer et admirer les roses en fleur.

Adresse : Château de Rambures, 8 Rue du Château, 80140 Rambures

Rue

Non ce n’est pas une blague, il y a bien une commune en France qui s’appelle Rue. Elle se situe à seulement 10 kms de la mer mais imaginez qu’au XIVème siècle elle était bordée par la mer! 7 siècles plus tard, le port qui faisait vivre une bonne partie de la population n’est plus qu’un lointain souvenir, les terres ayant gagné sur la mer. Cependant, cette cité prospère qui faisait partie au Moyen-Age des chemins de Compostelle reste une étape sympathique en baie de Somme. C’est ici que l’on trouve la Chapelle du Saint-Esprit et le beffroi de la ville, tous deux classés Monuments Historiques. Le beffroi est en prime classé au patrimoine mondial de l’UNESCO avec d’autres beffrois du nord de la France et de Belgique.

Saint-Riquier

Saint-Riquier et nous, c’est l’histoire d’une rencontre ratée. On était partis pour visiter les deux principales attractions de cette bourgade presque deux fois millénaire : l’abbatiale et le beffroi. Sauf que le beffroi ne se visite pas. Un comble pour un bâtiment classé au patrimoine de l’UNESCO…

Pas découragés pour autant, on se dirige alors vers l’abbatiale aux airs de cathédrale située à 100 mètres de là. Ce bâtiment érigé au XIIIème siècle sur les ruines d’une abbaye datant de 625 est un trésor de l’architecture gothique. Malheureusement, on ne verra pas ce trésor car un festival se tient au sein de l’abbatiale 3 semaines par an, ce qui engendre sa fermeture aux visiteurs… Evidemment, notre passage dans la ville coïncidait avec le festival. Il faudra qu’on revienne à Saint-Riquier alors!

La Baie de Somme insolite : idées de sortie originales

Les muches de Domqueur

Les muches, qu’est-ce que c’est ? Ce sont des cachettes souterraines typiques de la Picardie. Enfouis à 9 mètres sous terre, ces réseaux taillés dans la craie s’étendent sur plusieurs dizaines de mètres. Les muches de Domqueur sont parmi les 70 et quelques muches du pays. Le terme muche vient du picard « se mucher » qui signife « se cacher ».

Les muches de Domqueur ont été découvertes en 2005 et on y accède désormais via une échelle installée à côté du bâtiment de l’accueil. L’entrée coûte 5€ et 3€ pour les moins de 12 ans.

Les muches de Domqueur ne sont pas aussi connues que la cité souterraine de Naours. Du coup, les visites se font en petit comité avec Nicolas, l’unique guide et un fin connaisseur des muches. Des lampes torches vous seront prêtées avant de descendre six pieds sous terre.

Les muches ont été creusées au cours des XVIème et XVIIème siècles pour permettre aux villageois de se protéger des envahisseurs lors des guerres franco-espagnoles. Ils emmenaient sous terre des vivres et leurs bêtes lors des sièges qui pouvaient durer de quelques heures à plusieurs jours.

Sous terre, la vie était organisée autour d’un couloir desservant plusieurs chambres. Les familles les plus riches possédaient jusqu’à 3 chambres en enfilade tandis que les pauvres s’entassaient dans une petite pièce.

L’entrée des muches de Domqueur se situait sous l’église du village. La raison de ce choix est simple : en tant que lieu sacré, l’ennemi n’aurait pas idée de profaner l’église pour y déloger les habitants réfugiés sous terre.

Plus tard, les muches ont été utilisées lors de la Première guerre mondiale pour y stocker du matériel.

Le Chemin de Fer de la Baie de Somme

Le petit train de la Baie de Somme est un authentique train à vapeur qui transportait autrefois les bourgeois parisiens aux stations balnéaires de la baie.

De nos jours, le train a été converti en attraction touristique et dessert sur 27 kms les villes qui entourent l’estuaire de la baie de Somme. Le parcours du train débute au Crotoy et s’achève à Cayeux-sur-mer. Il existe plusieurs tronçons permettant de s’arrêter dans 7 villes dont Noyelles-sur-mer et Saint-Valery-sur-Somme.

Le moulin à vent de Saint-Maxent

Unique rescapé des moulins à vent sur pivots de Picardie, le moulin de Saint-Maxent tranche avec les éoliennes qui s’étendent à perte de vue dans les champs samariens (le nom officiel de ce qui se rapporte à la Somme).

Il a été construit en 1630 sur un talus datant du XIIIème siècle. Le mécanisme d’époque est intact bien que le moulin ait été frappé par la foudre en 2004. Il a cessé d’être utilisé par le meunier en 1943 car les Allemands craignaient que le moulin soit utilisé comme signe de reconnaissance.

Le moulin peut se visiter mais il était fermé lors de notre passage. Nous y avons fait un arrêt photo en rentrant du château de Rambures tout proche. N’hésitez pas à téléphoner pour connaitre les disponibilités de visite : 03 22 28 52 28.

 

Le cimetière chinois de Nolette

Le cimetière chinois de Noyelles-sur-mer est situé à Nolette, à la sortie du village. C’est la plus grande nécropole de ce genre en France et en Europe.

On le sait peu, mais des Chinois sont venus en France à l’occasion de la Première Guerre mondiale. Non pas pour participer aux combats, du moins officiellement, mais pour construire des infrastructures militaires et aider les soldats à l’arrière du front. Les travailleurs chinois ont été recrutés par la couronne britannique à la suite d’un accord passé entre le Royaume-Uni et la Chine en 1916. La plupart d’entre eux ont été envoyés dans le Nord et la Somme.

En tout, 12000 Chinois ont contribué à l’effort de guerre, à l’issue de laquelle beaucoup ont été fauchés par la grippe espagnole. Le cimetière de Noyelles compte 842 tombes de travailleurs chinois.

 

Vous connaissez la baie de Somme ? N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez dans les commentaires 😊

 

4 Commentaires

  1. je n ai fait qu un court passage à Amiens y a quelques années
    vraiment très court
    j irai bien de nouveau et en profiter pr découvrir la région
    chouette article que le votre
    c dommage les endroits où les photos ne sont pas possibles

    1. Si tu n’as pas trop de vacances, un long week-end peut suffire pour faire les attractions principales de la baie de Somme.
      Concernant les lieux où les photos sont interdites, c’est toujours frustrant mais pas d’autres choix que de respecter! Il y a quelques photos qui traînent des intérieurs de Rambures sur Google Images, ça permet de se faire une idée.
      En tout cas, merci Tania pour ton commentaire 😊 Bonne soirée!

  2. Itinera magica dit : Répondre

    Quel guide magnifique ! J’aime vraiment vos articles tellement riches et complets, et bien sur les super photos. Mon plus gros coup de cœur, c’est la première partie de l’article, avec la lumière de perle sur les plages, les phoques, les sublimes villas colorées qui me rappellent la Normandie, les fleurs maritimes et toute cette ambiance de tableau impressionniste, comme tu le dis si bien. Ça me donne vraiment envie !

    1. Merci Alexandra pour ton gentil commentaire 😘 On a été surpris par les richesses de ce département, on n’en attendait pas tant. Depuis qu’on y est allés, je réalise que cette région est beaucoup trop sous-cotée!

Laisser un commentaire