L’île d’Ouessant est une île située à l’extrême ouest du Finistère que nous avons visitée suite à notre trek sur la presqu’île de Crozon. Après nos 5 jours de marche le long du GR34, nous avons emprunté un ferry au départ de Camaret dans le but de découvrir l’île d’Ouessant en 2 jours. Visiter l’île la plus sauvage de Bretagne en passant une nuit sur place nous a permis de nous imprégner de son ambiance du bout du monde et de conclure notre séjour sur les terres bretonnes en beauté. Et bien sûr cela nous a donné une furieuse envie d’y revenir… Dans cet article, nous vous proposons de découvrir notre récit et nos conseils pour visiter l’île d’Ouessant en 2 jours.

 

__________________________

 

Combien de temps pour visiter Ouessant ?

 

Nous sommes restés deux jours complets sur l’île d’Ouessant et nous ne regrettons absolument pas notre choix ! En effet, même si l’île est petite les points d’intérêt sont nombreux surtout si vous aimez les activités sportives. En une journée vous n’aurez pas le temps de voir tous les points d’intérêt majeurs, même au pas de charge. Il faut déjà compter deux heures pour l’aller-retour en ferry, sachant que les premiers navires arrivent sur l’île d’Ouessant au plus tôt à 10 heures et que les derniers ferrys quittent l’île vers 17 heures.

 

Comment aller à Ouessant ?

 

Il n’y a pas 36 solutions pour venir sur l’île d’Ouessant : soit par les airs, soit par la mer. Comme la plupart des visiteurs se rendant à Ouessant, nous avons choisi la deuxième option en partant du petit port de Camaret, sur la presqu’île de Crozon. Prendre le ferry au départ de Camaret est vraiment l’idéal pour tous ceux qui visitent Crozon car vous n’avez pas à vous déplacer jusqu’à Brest ou au Conquet, les deux villes depuis lesquelles le ferry part pour Ouessant. De plus au départ de Camaret, la traversée dure 1 heure contre 2h30 depuis Brest.

Si n’avez pas prévu de visiter la presqu’île de Crozon avant votre départ pour Ouessant, vous pouvez prendre le bateau depuis Brest ou Le Conquet. En tout cas, la traversée matinale depuis Camaret nous a mis dans le bain directement et fait à nos yeux partie intégrante du voyage. Ce jour-là il ne faisait pas froid mais la bruine donnait une ambiance bien particulière et voir les vagues s’écraser contre les vitres du ferry est toujours spectaculaire. La durée de la traversée est d’environ une heure. Pour le retour, vous pouvez choisir la liaison menant à l’un de ces 3 ports. Au final vous pouvez faire l’aller-retour pour Ouessant depuis le même port ou bien partir d’un port et revenir à un autre, comme nous. A la fin de notre deuxième journée à Ouessant, nous avons ainsi pris le ferry en direction du Conquet.

visiter ouessant

visiter ouessant

Il n’y a qu’une seule compagnie de ferry faisant la liaison jusqu’à Ouessant : Penn Ar Bed, qui appartient au réseau de transports publics breton Breizh Go. Nous n’avons rien à dire quant au confort des bateaux et à l’amabilité du personnel. Comptez une trentaine d’euros pour un aller-retour.

En résumé on peut prendre le ferry depuis 3 ports :

  • Brest-Ouessant : un seul départ par jour de mai à décembre en gare maritime de Brest (2h30 de traversée)
  • Le Conquet-Ouessant : un seul départ par jour mai à décembre au port du Conquet (1h de traversée)
  • Camaret-Ouessant : un seul départ par semaine en mai, juin et septembre, 4 départs par semaine en juillet/août

Le bateau repart d’Ouessant en direction du continent dans l’après-midi ou en soirée, pensez à consulter les horaires avant votre départ histoire de ne pas vous retrouver bloqué sur l’île !

visiter ouessant

 

Comment se déplacer sur l’île d’Ouessant ?

 

Louer une voiture est parfaitement inutile pour se déplacer sur l’île d’Ouessant, du moins en tant que touriste. Les locaux eux utilisent bien quelques voitures mais surtout des vieilles mobylettes pétaradantes. La meilleure façon de visiter Ouessant est de le faire à vélo. Tout a été pensé dès l’arrivée sur l’île d’Ouessant pour se faciliter la vie puisque les loueurs de vélo ont installé leur stand à quelques mètres du débarcadère. Ayant réservé nos vélos la veille, nous n’avons eu qu’à récupérer nos deux vélos et à confier nos sacs au loueur qui s’est chargé de les acheminer au camping d’Ouessant. Car oui les loueurs transportent vos bagages jusqu’à votre hébergement et ce sans surcoût !

Question prix, les tarifs sont similaires d’un loueur à l’autre. Nous avons choisi des vélos classiques car l’île est relativement plate et les routes principales goudronnées. Si vous n’êtes pas très à l’aise à vélo ou que vous n’avez pas l’habitude d’en faire vous pouvez très bien louer des vélos électriques.

Louer un vélo sur l’île d’Ouessant | Informations pratiques
📍 Plusieurs loueurs de vélo ont un stand au port du Stiff et proposent des vélos traditionnels et des vélos électriques. Nous sommes passés par Cycle Evasion et en réservant avant notre arrivée on a pu bénéficier d’une réduction.
💵 Tarif : de 7€ à 30€ la journée en fonction du modèle choisi, dégressif à partir de 2 jours de location
💻 Site internet : Cycl’évasion

 

Où dormir sur l’île d’Ouessant ?

 

Compte tenu de la configuration de l’île et de la volonté des locaux (à laquelle on adhère) de préserver les paysages de Ouessant, l’offre d’hébergement est réduite. Heureusement tous les voyageurs ne passent pas la nuit sur place et il y en a pour tous les goûts et tous les budgets :

  • Camping : pour un séjour « roots », pas question de camper n’importe où : le bivouac est interdit sur l’ile d’Ouessant. Pour planter sa tente, direction le camping municipal de Lampaul (ouvert du 1er avril au 30 septembre), l’unique camping de l’île. Comptez une dizaine d’euros pour l’emplacement et pensez à réserver en haute saison.
  • Petit budget : l’auberge de jeunesse d’Ouessant est située à 100 mètres de Lampaul et dispose de 46 lits. Ouverte de février à novembre, elle fait aussi restaurant et propose des paniers pique-nique.
  • Budget moyen : Roc’h Ar Mor, ce bel hôtel 3 étoiles récemment rénové offrent des chambres à la décoration épurée avec vue sur la baie de Lampaul ou le jardin. Vous pourrez également déjeuner au restaurant de l’hôtel dirigé par un chef qui élabore des recettes avec des produits du terroir breton.
  • Pour se faire plaisir : le gite de Louise, une maison de vacances tout confort avec terrasse et jardin pouvant accueillir de 4 à 6 personnes. Probablement la meilleure option si vous venez à Ouessant en famille.

visiter ouessant

 

Week-end à Ouessant : que faire en 2 jours sur l’ile du bout du monde ?

 

  • Faire le tour de l’île à vélo ou à pied
  • Louer un kayak ou faire de la plongée sous-marine pour découvrir les 45 kilomètres de côte autrement
  • Arpenter Lampaul, la capitale d’Oussant
  • Visiter le musée des phares et des balises
  • Assister à un festival en haute saison
  • Déguster un ragoût d’agneau, la spécialité d’Ouessant
  • Voir les 5 phares d’Ouessant : Stiff, Créac’h, Nividic, Kéréon et la Jument
  • Visiter l’écomusée pour tout connaître du mode de vie d’autrefois

visiter ouessant

 

Récit de nos 2 jours de visite de l’île d’Ouessant

 

Jour 1 sur l’île d’Ouessant : la côte sud

 

Arrivée au port du Stiff

 

A peine débarqués du ferry, nous allons récupérer les vélos que nous avons réservés par téléphone quelques jours plus tôt et confions nos gros sacs de randonnée au loueur qui les embarque dans sa fourgonnette. Celui-ci se charge ensuite de les déposer au camping municipal de Lampaul, le bourg principal, où nous allons dormir lors de ce week-end sur l’île d’Ouessant. La possibilité de pouvoir se décharger de ses bagages est un énorme avantage pour tous ceux qui comme nous passent plus d’une journée sur l’île d’Ouessant, d’autant plus que le même système s’applique au retour. Il suffit d’indiquer à la société la date et l’heure à laquelle vous reprenez le ferry pour qu’ils viennent récupérer vos affaires et les laissent au niveau du quai d’embarquement.

Nos vélos réglés mais ne sachant pas trop par où commencer notre exploration de l’île, on décide de rejoindre Lampaul, comme tous les autres voyageurs. Certains montent à bord des navettes qui permettent de découvrir l’île à la journée mais d’autres ont aussi loué des vélos. L’île étant petite, nous croiserons ces personnes à plusieurs reprises au cours de ces 2 jours à Ouessant.

visiter ouessant

 

Lampaul, la capitale d’Ouessant

 

Nous pédalons une quinzaine de minutes sous un ciel couvert jusqu’à l’entrée de Lampaul. Sans le savoir nous passons devant le camping municipal et constatons que le loueur a déjà déposé nos sacs. On choisit donc d’installer la tente tout de suite pour être tranquille. Puis on file à l’office de tourisme récupérer la carte de l’île et faire quelques emplettes pour avoir de quoi se préparer un pique-nique. Le village est petit et très mignon, on y trouve des maisons typiques d’Ouessant en pierre et aux volets bleu ou vert et dont les murs sont recouverts de lierre et d’hortensias.

visiter ouessant

visiter ouessant

 

La pointe de Porz Doun

 

Après un rapide tour de Lampaul, direction le sud de l’île, réputé pour être un peu moins intéressant que la côte nord d’après les guides de voyage et les blogs que nous avions consultés avant de partir à Ouessant. Nous longeons la baie de Lampaul pendant quelques instants avant de très vite descendre de nos vélos pour nous promener sur le sentier côtier qui fait le tour de l’île. En effet, les vélos n’ont pas le droit de circuler sur les chemins pédestres mais uniquement sur les routes principales et secondaires.

visiter ouessant

visiter ouessant

La balade permet de s’approcher au plus près de la côte et de bénéficier de jolis points de vue sur la pointe de Pern, l’anse de Porz Coret et ses magnifiques eaux turquoise parsemées de quelques embarcations. Les nuages ont enfin laissé place au soleil mais il ne fait pas chaud pour autant, loin de là !

visiter ouessant

Le vent souffle toujours quand nous repartons toujours plus à l’ouest en direction de la pointe de Porz Doun. La côte est ici moins découpée mais la végétation totalement différente avec les rochers, la bruyère et autres fleurs qui évoquent la lande écossaise. Le cadre est idéal pour engloutir les crêpes maison achetées le matin-même en face de l’église de Lampaul et garnies de jambon et fromage en provenance de la supérette située juste à côté.

visiter ouessant

Après cette pause bienvenue, nous continuons notre périple à vélo mais sommes rapidement intrigués par un photographe qui fait le pied de grue face à la mer et semble avoir repéré quelque chose. Est-ce un phoque, un oiseau ? En s’approchant d’un peu plus près, on distingue un oiseau niché sur la falaise. Le photographe nous explique qu’il s’agit d’une espèce rare dont le nom m’a échappé. Mais ça confirme bien que l’île d’Ouessant est un paradis pour les ornithologues !

visiter ouessant

Notre découverte de la côte sud nous fait ensuite longer la baie de Penn ar Roc’h. La bande de terre que l’on distingue à l’horizon est l’île de Molène devant laquelle nous sommes passés lors de la traversée en ferry. Mis à part les moutons qui nous tiennent compagnie, nous sommes seuls au monde sur cette petite route bordée de maisons ouessantines. La lande rase a laissé la place à des pâturages entourant les rares habitations.

 

La pointe de Penn Arlan

 

Après quelques minutes, nous voilà à Penn Arlan, une magnifique plage de sable blanc que nous aurions zappée sans les panneaux indicatifs. Et ça aurait été vraiment dommage tant cette anse est magnifique. Ses eaux turquoise semblent tout droit sorties d’une carte postale digne des Pouilles, à ceci près que la température de l’eau est glaciale. On a peine à croire que nous sommes au beau milieu de la mer d’Iroise à 20 kilomètres du continent !

visiter ouessant

Nous laissons cette vision sublime et les quelques courageux baigneurs derrière nous pour rejoindre notre dernière étape avant de rentrer au camping : le cromlech de Penn Arlan bâti à l’extrême est de l’ile d’Ouessant face à la baie du Stiff. Contrairement aux chemins empruntés jusqu’alors, le terrain est pentu et nous préférons quitter les vélos pour accéder à ce site mégalithique à pied. Le monument est constitué de plusieurs menhirs disposés en cercle et remonterait à l’Age de bronze. On savait qu’il y avait des menhirs en Bretagne mais on ne s’attendait pas à en trouver à Ouessant, si loin du continent… Il est ensuite temps de retourner au camping et de manger un bon plat chaud avant notre dernière sortie de la journée.

visiter ouessant

visiter ouessant

 

Coucher de soleil à la pointe de Pern

 

Bien que le temps ne soit pas très engageant, on se motive pour aller voir le coucher de soleil au phare du Nividic car c’est notre seule occasion d’en voir un lors de ces 2 jours à Ouessant. Voilà aussi l’avantage à rester une nuit sur place car en faisant l’aller-retour à la journée, impossible de voir le soleil se lever ou se coucher sur Ouessant… Le vent se met à redoubler d’intensité au moment de quitter le camping et la fatigue s’accumulant (nous étions levés depuis 5 heures du matin), pédaler sur seulement 3 kilomètres devient difficile. Arrivés à la pointe de Pern et face au somptueux point de vue qui se dévoile face à nous, on ne regrette pas un instant d’être venu. La beauté sauvage de ce paysage associée aux couleurs changeantes du ciel restera l’un des meilleurs souvenirs de notre week-end à Ouessant.

visiter ouessant

visiter ouessantvisiter ouessant

 

Jour 2 sur l’île d’Ouessant : la côte nord

 

Le lendemain matin, nous ne trainons pas au camping car le ferry part vers 17 heures et nous souhaitons explorer le reste de l’île, à savoir la côte nord de Ouessant. Nous plions la tente et rangeons nos affaires que l’on dépose devant l’accueil du camping pour que le loueur de vélos les récupère et les achemine jusqu’à l’embarcadère du port du Stiff. On quitte le camping avec un petit pincement au cœur car on réalise que le soir même on sera sur le continent. Direction maintenant l’éco-musée Niou Hella, toujours à vélo. En chemin, nous ne résistons pas à l’envie de nous arrêter pour saluer les adorables moutons qui peuplent l’île.

visiter ouessant

 

L’éco-musée Niou Hella

 

Dans cette maison autrefois habitée par une famille ouessantine, on trouve une belle collection d’objets du quotidien qui permet de se projeter dans ce qu’était la vie sur l’île du XIXème jusqu’au milieu du XXème siècle avant que la modernité n’arrive. Le musée était à l’origine réparti sur deux maisons mais l’une ayant été incendiée, nous n’avons pu visiter que l’habitation principale de deux pièces donc le tour était plutôt rapide mais instructif. La vie était très rude à l’époque, aussi on peut être qu’admiratifs du courage des habitants qui pour beaucoup vivaient de la pêche.

visiter ouessant

Visiter l’éco-musée de l’île d’Ouessant | Informations pratiques
⌚ Horaires : horaires variables, téléphonez avant d’y aller au 02 98 48 86 37
📍 Adresse : Niou Huella 29242 Ouessant
💵 Tarif : 2,80€
💻 Site internet : Ecomusée d’Ouessant

 

La pointe de Créac’h

 

Le temps n’est toujours pas de la partie quand nous arrivons à la pointe de Créac’h, l’un des endroits les plus spectaculaires de tout Ouessant. En pédalant contre le vent dans cette montée, on en viendrait presque à regretter de ne pas avoir loué des vélos électriques… Le phare du Créac’h, reconverti en musée des phares et des balises, domine la côte déchiquetée par les vagues qui viennent s’écraser contre les falaises, dessinant un paysage escarpé. La puissance de cette mer agitée par le vent qui souffle très fort nous rappelle qu’il ne faut pas s’approcher trop près car il y a chaque année des accidents. La force des éléments et le caractère hostile d’Ouessant prend ici tout son sens.

visiter ouessant

visiter ouessant

A partir du phare du Créac’h, un sentier permet de s’approcher du relief découpé. On est clairement scotchés par la beauté de ce décor apocalyptique. Par temps de tempêtes, cela doit être encore plus impressionnant. D’ailleurs si cela vous intéresse de visiter Ouessant quand les éléments sont déchainés, il semble que le mois de janvier soit la meilleure période pour cela. Attention toutefois à ne pas organiser votre séjour sur l’île d’Ouessant trop en amont car si les vagues sont trop fortes, les traversées en ferry sont annulées pour des raisons évidentes de sécurité.

visiter ouessant

visiter ouessant

visiter ouessant

 

De la plage de Yusin à la baie de Calgrac’h

 

L’heure tourne et nous ne voulons pas rater le ferry, alors on se dépêche de faire un arrêt à la plage de Yusin. La seule plage de la côte nord d’Ouessant offre un beau panorama sur la pointe de Créac’h que nous venons de quitter. Etant donné que l’on doit retourner dans les terres pour pouvoir rouler à vélo, on perd un peu de temps et réalisons que nous n’aurons pas le temps d’aller jusqu’à la pointe de Kadoran, à l’extrême nord-est de l’île. On pique-nique en vitesse pour faire le dernier spot de la journée au niveau de Penn Ar Ru Meur. Cette avancée aux airs d’Irlande fait face à l’île de Keller, une île privée inaccessible aux visiteurs qui abrite une grande diversité d’espèces animales, des oiseaux essentiellement. En regardant la falaise en contrebas nous aurons la chance de voir un phoque, un beau cadeau pour nos derniers instants à Ouessant.

visiter ouessant

visiter ouessant

visiter ouessant

Ainsi s’achève notre visite de 2 jours sur l’île d’Ouessant, une aventure vivifiante et revigorante qui nous aura permis de déconnecter et de nous dépayser avant de rentrer sur Paris. Nous partagerons bientôt le récit de notre trek sur la presqu’île de Crozon, de quoi vous donner des idées pour préparer votre séjour dans le Finistère.


Si cet article de notre visite de l’île d’Ouessant, vous a plu, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire et à l’épingler sur Pinterest pour le retrouver facilement.

%d blogueurs aiment cette page :